Archives du blog

dimanche 18 avril 2010

Reconnaissances

• Je salut vivement, cet instituteur qui, au prix de sa santé précaire et de l’éloignement de son foyer, sans flegme, venait très tôt, avant l’heure de la rentrée officiel, nous enseigner la langue au moment où l’analphabétisation était majoritaire et à peine sorti des heures noires du joug colonial. Cet instituteur au bon cœur grand comme celui de papa, plein d’humanisme, d’une chaleur humaine inoubliable, nous a légué et communiqué ses connaissances magnifiquement simplistes et accrochantes de cette science humaine qui nous élèvera dans les cieux de la compréhension de cet univers.

• La Science : Et tout ce qui peut-être immuablement Juste, Vrai et Bien ; peu importe d’où elle provient. Le Juste, le Vrai et le Bien est de Dieu Omniscient, suivons-les, le mieux et le plus-prêt possible autrement, ce n’est que le fruit de notre soi malfaisant.

• L’ignorance : Est tout ce qui est injuste et mal, peu importe d’où elle provient, “elle ne peut-être que de soi”. Dieu Tout-Puissant Créateur de la vie et de la mort, nous a doté “d’esprit et d’instinct”, à nous le libre arbitre…

• Les faits divers : Une arme médiatique pour répandre le vice où plus on sait, et plus on en prend de la contagion, prenez-en garde ! Si vous préférez être atteint par de meilleur faits divers celui de bonnes mœurs sachez qu'elles sont rarissimes.

• Et l’homme (Malthus) : Inventa la “démographie” égalant la “famine”.
Quelle idée saugrenue, tout bonnement pour parer à son forfait d’injusticier.
Ça nous rappel l’histoire du premier crime humain celle de Caïn et de Abel, l’un d’eux après avoir commis son forfait sur son frère, sa conscience n’a pu échapper a son fait accompli.
Ce qui en résulte est que la famine incombe à l’hypocrisie humaine de ceux qui ont pris le relais de la civilisation, malhonnêtement.

• L’histoire de l’univers : Ne nous a telle pas démontré que dans toute civilisation, il y a apogée et déclin. Seulement, sauf en matière de religion monothéïste où Dieu est Unique, Tout-Puissant, Clément et Miséricordieux nous a appris que la morale religieuse prend de l’ampleur avec certains hommes c'est le flux du bonheur, notre salut et s’affaiblit avec d’autres c'est la descente aux enfers de la misère incompréhensible et ainsi, le cycle se perpétue jusqu’à une fin bien déterminé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas dite-le, toutes critiques m'est bénéfique :