Archives du blog

lundi 12 avril 2010

En libre plume :

Comme disent les Oulémas (Savant), “l’Algérie est terre fertile de laquelle est issue son peuple”, malgré les dégradations et préjudice morale subi à ses enfants à peine sortis d’une ère coloniale, nous voici retombés plus-bas dans une autre ère, nouvelle, celle de la colonisation économique, mondialement sous la coupe d’un pôle unique, via la régression morale, par l’encouragement des fléaux. Nous ne sommes pas des anges, nous autres humains, il faudra se garder du mal et garder sur soi un contrôle permanent parcequ’il réside en nous l’instinct et la raison. Merci aux illustres savants musulmans qui nous ont enseignés à être universels et encyclopédique et être à jamais un trait d’union entre les relais des civilisations. Quelques livres m’ont satisfait et auquel j’ai pris beaucoup de plaisir en les lisant, je dirais même un loisir à les lire, tel : Alexis Carell (prix Nobel) pour “l’homme cet inconnu”, au naturel et ingénu Jean-Jacques Rousseau et à tous les éducateurs, psychologues américains et autres scientifique humainement humain plaidant l’amélioration de la condition humaine et son progrès dans les normes de la morale. Ainsi qu’aux auteurs de science-fiction (imagination humaine) pur esprit et non ceux qui propagent la contestation divine par des idées cauchemardesques et dardeuses à travers films et récits et comme source d’inspiration essentiel, les religions et les mythes pour contester l’inconnu de l’autre monde tout en signifiant la caducité et en faire de notre monde le sens dessus-dessous et où le pécher est roi. Le Bien n’est pas si facile à faire comme l’a si bien décrit Jean-Paul Sartre dans “Mort sans sépulture, suivi de P… respectueuses”. Merci aussi à Pierre Boule pour sa richesse d’esprit et au loin les esprits repêchés par la solde. Un bravo, tout de même à Jean-Jacques Servan-Schreiber pour ses livres et parmi eux “le défi mondial” l’explication de l’outil de la révolution moderne qu’est l’informatique à l’heure de notre temps et, l’hypocrisie humaine pour son refus au transfert technologique. Avant de finir, j’avoue qu’en lisant Malek Bennabi (professeur et illustre penseur), je sue et je tremble de désir d’entreprendre des actions bonnes, je dirais même extras, avec un esprit joignant l’utile à l’agréable. Utile et agréable ne serais-ce que d’un grain de sel pour cet humanité qui a énormément était endommagé dans son humanisme. Comme on dit : “Tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir”. Où l’on revient toujours à la source du Bien, tant bien que mal et puis là, enfin, on retrouvera à chaque fois qu'on y retourne cet équilibre d’une manière sereine et satisfaisante, notre salut.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas dite-le, toutes critiques m'est bénéfique :